Aime, le magazine hebdomadaire féminin et spirituel

menu

L'actualité du magazine féminin Aime

 

Vadrouilles dans la Vallée d’Aoste

La Vallée d’Aoste est une région italienne autonome de 3 262 km2, francophone, sertie entre les plus hauts sommets alpins d’Europe (le Mont-Blanc, le Cervin…). Nous y avons rencontré Marcella, qui nous a raconté sa « journée idéale » passée avec une amie étrangère, María, en visite ici pour la première fois. Andiamoci !

Matin culture

La Vallée d’Aoste, située entre la Suisse, la France et le Piémont, a toujours été une région de passage. Son patrimoine exceptionnel traverse ainsi le temps. Marcella a retrouvé son amie María devant la porte Pretoria, la plus grande des quatre de la ville d’Aoste.

Fondée par l’empereur Auguste (en 2  avant J.-C.), Aoste conserve son plan d’ancien castrum. Les monuments romains sont groupés dans le centre ville. Marcella et María sont passées devant les ruines du théâtre romain (sa façade méridionale mesure 22 mètres de hauteur) et, après avoir fait un détour jusqu’au majestueux arc d’Auguste et au pont romain, Marcella a emmené María vers ce qui fait sa fierté : le parc archéologique et musée du site mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans, qui propose un voyage chronologique du Néolithique à l’âge du fer (de 4000 à 1100 avant J.-C.). Ouvert depuis juin 2016 après des décennies de fouilles, le site est protégé par une structure d’un hectare. Vous y suivez un parcours à la fois poétique et didactique (le site archéologique est intégré au musée). « Laissez d’abord l’émotion vous envahir, les explications viennent après », prévient Marcella.

(La suite dans le magazine…)

Après-midi sportive

Hier, la neige étincelait sous un ciel turquoise limpide ; Marcella n’a pas pu résister à l’appel des hauteurs. Après un solide pique-nique à base de pain, de saucisson et de motsetta (viande séchée), elle emmena María à une quinzaine de kilomètres d’Aoste. Raquettes aux pieds, elles se lancèrent dans une ascension éprouvante depuis Dailleu (1 464 m, vers Ozein) jusqu’à la Pointe de la Pierre (2 653 m). 3h30 aller, 2h15 retour… Quand même ! Avec des panoramas à la hauteur des efforts fournis. Les raquettes permettent ainsi d’arpenter la montagne, sans difficulté (avec ou sans guide) et sont une alternative économique au ski.

Le grand protagoniste de l’hiver reste néanmoins le vaste domaine skiable : 23 stations de ski, 800 kilomètres de pistes et 10 snowparks, ainsi que des itinéraires hors-piste (accès par les remontées mécaniques ou par hélicoptère).

 
 

Fin d’après-midi détente

Nos deux amies, qui en avaient pris plein les yeux, en avaient aussi plein les pattes. Marcella conduisit donc María aux thermes de Pré-Saint-Didier, à l’ouest d’Aoste en suivant la vallée, des sources déjà bien connues des Romains. Là se trouvent trois piscines extérieures avec vue panoramique sur le Mont-Blanc. La palette des soins proposés est impressionnante : bains hydro-massants, bains avec musique sous-marine, « cascades » tonifiantes, bains turcs, bains de boue, etc. Mais aussi des salles de chromothérapie, d’aromathérapie, etc. « Le bonheur… », soupire Marcella.

Soupes d’hiver faciles et créatives

On oublie les frimas et les températures un peu trop basses avec cette soupe gourmande, qui change…

Capuccino de lentilles et chantilly au curry

Pour 6 personnes – Préparation : 20 min. Cuisson : 42 min.

150 g de lentilles vertes ; 1 oignon ; 2 carottes ; 1 gousse d’ail ; 2 cuil. à soupe d’huile d’olive ; sel et poivre

Pour la chantilly :
50 cl. de crème liquide entière
1 pincée de curry

1 Versez l’huile dans une cocotte et faites-y revenir l’ail écrasé, l’oignon haché et les carottes pelées et coupées en cube. Ajoutez les lentilles. Comptez 2 minutes de cuisson à feu moyen.

2 Versez 40 cl d’eau et prolongez la cuisson 40 minutes à feu doux. Salez et mixez la préparation. Rectifiez l’assaisonnement.

3 Versez la crème liquide très froide dans le bol du robot. Fouettez à vitesse maximum en incorporant le curry et une pincée de sel. Quand la chantilly est prête, servez la soupe, décorée d’un peu de chantilly.

Conseil : Pour une saveur sucrée-salée, saupoudrez de miettes de pain d’épices, ou de spéculoos.

 
 

Fuir vers l'intérieur

C’est un petit garçon sérieux, debout sur la terrasse. Je l’ai rejoint pendant que ses parents passent un coup de fil. Il se tient droit et scrute le paysage : une grande plaine, puis une forêt qui ouvre sur le ciel. En haut, des nuages d’un blanc douteux font la course en silence. Sans se tourner vers moi, la main en visière : « Le temps passe vite, mon Père. » À toute allure ! Et, soudain, je suis saisi de vertige à côté de ce petit bonhomme. Son temps passe vite, le mien, le vôtre. Dans les plus belles fêtes, dans les angoisses, et même dans l’ennui : le temps pass. Depuis tout petit, ces siècles des siècles m’inquiètent ! Et puis, il y a l’Évangile ! « Les temps sont accomplis ». Le mien, le tien, petit Prince, celui même de Jésus. Plus besoin de s’inquiéter. Le temps est retrouvé, ici et maintenant. Jésus est venu nous l’expliquer

La brûlée-vive qui enflamme

On sait très peu de choses de la vie de Marguerite Porete. Née en 1250 à Valencienne, elle devint béguine (mouvement de femmes ni mariées, ni religieuses, ayant librement choisi de vivre en semi-communauté et de consacrer leur vie au service des autres au nom de leur amour pour Dieu). A 60 ans, son livre « Le miroir des âmes simples et anéanties » fut condamné comme hérétique par les universitaires de Paris et elle fut brulée vive pour désobéissance. Sa faute ? Avoir préféré Amour à Raison et avoir mis Raison à terre. Malgré l’anathème, son écrit allégorique a pu se faufiler à travers les siècles et parvenir jusqu’aux mains de Charlotte Jousseaume. Cette histoire de Marguerite est la trame que choisit cette magicienne des mots pour nous aiguillonner sur ce que pourrait être une voie mystique propre à la femme. (la suite à lire dans le magazine)

Et le miroir brûla de Charlotte Jousseaume, Les éditions du Cerf, 2018, 180p., 15€.

 
 

Des substances toxiques dans les produits du quotidien

Selon un rapport de l’Agence européenne des produits chimiques (Echa), de très nombreux produits de notre consommation courante contiendraient des substances interdites par la réglementation européenne. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé 5.600 produits (vêtements, jouets, bijoux…). Ils ont ainsi pu constater que 18 % d’entre eux contenait des substances toxiques comme le plomb, l’amiante, le mercure ou le chrome hexavalent. Les enfants pourraient bien en être victimes également puisque 20 % des jouets testés contenaient des phtalates, des perturbateurs endocriniens qui peuvent avoir un impact négatif sur la fertilité et le cerveau.

Mais comment expliquer la présence de ces substances interdites ? Selon l’Echa, 17 % des produits à risques proviennent de Chine, où la règlementation est beaucoup moins stricte, et 40 % sont d’origine inconnue. « Il est donc préférable d’acheter des produits qui affichent leur lieu de production », recommande l’UFC-Que Choisir. C’est noté.